Betteraves : quand le privé paye plus que la coopérative

betteraves

Betteraves : quand le privé paye plus que la coopérative

Ce mardi 19 mai 2020, après différents échanges en Commission Répartition de la Valeur, Saint-Louis Sucre a annoncé un prix betteraves de 24,90 €/t pour 2019, soit 25% de plus que le prix pratiqué par le système coopératif.

France Grandes Cultures et la Coordination Rurale s’interrogent sur cet écart de prix et la logique des coopératives : auraient-elles oublié que leur objectif fondamental est de créer de la valeur pour les agriculteurs ?

« Quand on voit que tous les groupes privés tellement critiqués par le syndicat betteravier (CGB) rémunèrent mieux que les coops, je me demande tout simplement où va l’argent et comment sont gérés leurs investissements dans les pays lointains ? Alors que les betteraviers coopérateurs sont très inquiets pour leur avenir, les producteurs en contrat avec les groupes privés retrouvent enfin des prix rémunérateurs. Il y a matière à s’interroger. » commente Damien Brunelle, président de France Grandes Cultures.

La question est d’autant plus d’actualité avec la récente condamnation de Tereos à 880 000 € dans un conflit qui l’oppose à un ancien directeur d’un site roumain où il est question de corruption locale.