Stabilité des prix des coquillettes malgré une hausse des cours du blé dur : l’exemple des fabricants français de pâtes alimentaires

Stabilité des prix des coquillettes malgré une hausse des cours du blé dur : l’exemple des fabricants français de pâtes alimentaires

Le prix de revient d’une pâte alimentaire de qualité supérieure est constitué à 75 % du prix du blé dur.
Selon le Syndicat des Industriels Fabricants de Pâtes Alimentaires de France, alors que le cours du blé dur a augmenté de plus de 50 % depuis 20 ans, le prix de la coquillette en grande surface n’a pas évolué : il est toujours à 0,75 euro le kilogramme.
Les industriels ont financé cette hausse non compensée du coût de leur matière première sans pouvoir répercuter celle-ci dans leur prix de vente. Cette contraction de leurs marges, qui a réduit leur capacité d’investir, a, sans doute, contribué à l’érosion de la compétitivité de ces industries alimentaires françaises.
Alors qu’il y avait 200 fabricants de pâtes en France dans les années 1960, il n’y en a plus que 7 aujourd’hui. En 20 ans, la France a considérablement accru ses importations de pâtes alimentaires, puisqu’elle importe 2/3 de sa consommation de pâtes contre environ 1/3 en 2000.

Source : rapport d’information sur la loi EGAlim de M. Daniel GREMILLET, M. Michel RAISON et Mme Anne-Catherine LOISIER au nom de la commission des affaires économiques, déposé le 30 octobre 2019.