CÉRÉALES : PEUT-ON SE RÉJOUIR DE NOS RENDEMENTS EN OCCULTANT LES PRIX ?

Nombreux sont les satisfécits sur les bons rendements que nous connaissons cette année en grandes cultures, en dépit des fortes chaleurs estivales. Les rapports officiels (USDA, CIC, SSP du ministère de l’agriculture, FranceAgriMer) ont d’ailleurs tous tablé sur une augmentation de la production de céréales. Résultat : les prix replongent en ce début de campagne !

Certains céréaliers, lucides, font leurs calculs de chiffres d’affaires : -500 €/ha en orge ; -130 €/ha en blé… A quoi bon se satisfaire de son rendement quand les prix si bas ne permettent pas de couvrir ses charges ? Les exportateurs poussent à spécialisation, à la monoculture et donc à la surproduction pour que nous les servions en « commodités ». Ce système, cautionné par la FNSEA et Intercéréales, ruine les céréaliers qui quittent en masse le métier !

Pendant ce temps, les importations vont aussi bon train et plombent nos prix intérieurs. L’UE importe 21 Mt de maïs cette année, dont plus d’un Mt en France. Merci Soufflet ! Merci Roquette !

Enfin, l’Administration a le toupet d’imposer des CIPAN et SIE a des agriculteurs qui ne gagent plus leur vie. Avant de partir en vacances, certains fonctionnaires nous ont même souhaité « bons CIPAN et bonnes SIE ! ». Nous ne sommes pas loin de toucher le fond…