STRATÉGIE NATIONALE POUR LES PROTÉINES VÉGÉTALES : LES CLÉS DE LA RÉUSSITE !

France Grandes Cultures (FGC) et la Coordination Rurale ont remis au ministère leur contribution dans le cadre du plan national pour le développement des productions de protéines végétales.

Pour la CR et FGC, les accords commerciaux actuels forment un verrou imparable qui empêche tout développement sérieux et tout objectif d’amélioration de notre sécurité alimentaire. Ils doivent donc être renégociés car en 30 ans le monde a changé avec de nouvelles exigences environnementales et, dans de grands pays, des dirigeants qui n’hésitent plus à défendre leurs agricultures.

Il est impératif que ce plan s’intègre dans une dimension européenne car notre politique agricole est commune depuis près de 60 ans. Les protéines végétales ont toujours été le talon d’Achille de l’agriculture européenne. Toutes les productions étant liées entre elles, un rééquilibrage des grandes cultures et des surfaces fourragères en faveur des cultures protéiques redressera toute l’agriculture de l’UE.

Cependant, il existe des freins au niveaux des filières car de nombreux opérateurs se complaisent dans la situation actuelle ; cela va des géants du grain qui font un lobbying redoutable à… nos coopératives agricoles qui ne pensent plus à leurs adhérents !

Pour Nicolas JAQUET, président de France Grandes cultures, « il faut inciter les éleveurs à se fournir en direct auprès des céréaliers et réduire le recours aux fabricants d’aliments du bétail qui importent des produits douteux ». Bernard LANNES, président de la CR ajoute « c’est le fameux « libérer pour protéger » du président Macron ; en libérant le commerce des céréales en France, on freinera les importations de tourteaux de soja OGM ou de tournesol d’Ukraine ».

Retrouvez l’ensemble des propositions de France Grandes Cultures ici.